Ateliers numerique, Multimédia & Numérique

Résidences art numérique

Tout au long de l'année, nous accompagnons des artistes en résidence de création.
Découvrez quelques projets ci-dessous :

Performance audiovisuelle et lecture de Malo Lacroix, Maxime Aumon, In Aeternam Vale. PORTE NEF ▲ janvier & mars 2019

PORTE NEF : entre narration et image

Performance audiovisuelle et lecture de Malo Lacroix, Maxime Aumon, In Aeternam Vale.

► Résidence de Malo Lacroix et Maxime Aumon du 7 au 9 janvier puis du 7 au 9 mars 2019.

► Restitution le 9 mars 2019.

Nous avons accueilli une première fois Maxime Aumon et Malo Lacroix pour la scénarisation de leur performance entre narration et audio live. Une première période de travail a eu lieu en mars où ils ont bénéficié des conseils du metteur en scène Didier Barrer pour la mise en scène et une deuxième en juin où les a rejoints Laurent Prot alias Aeternam Vale pour les accompagner au son qui a donné lieu à un rendu public.

Entre narration et image, Porte Nef est une aventure surréaliste et humaine aux multiples rendus tels que la photographie, le documentaire, le live audio-visuel.

Ce projet a tourné également au festival Mirages et en Russie.

Ciné-concert jeune public d'Emmanuel Mailly et Elie Blanchard LA MONTAGNE MAGIQUE ▲ 20 au 22 février 2019

LA MONTAGNE MAGIQUE

Ciné-concert jeune public d’Emmanuel Mailly et Elie Blanchard – Dès 4 ans

► Résidence du 20 au 22 février 2019 d’Emmanuel Mailly et Elie Blanchard

► Restitution le 17 décembre 2019.

L’objectif de la résidence était de faire une recherche musicale et visuelle.

La Montagne Magique est un spectacle expérimental et poétique. Il était une fois, aux confins de notre planète, un monde fantastique oublié. Peuplé d’ours grincheux, de vers de terre gloutons, d’oeufs dorés, de pissenlits voyageurs, d’oiseaux arc-en-ciel et de torrents d’étoiles. Au fil des saisons, nous suivons la vie des habitants de la montagne, des plus petits aux plus grands : l’excitation colorée du printemps, l’énergie des chaudes journées estivales, la mélancolie des arbres flamboyants et le silence sourd de l’hivers. Mais quel est ce bruit au loin qui vient perturber l’harmonie de la montagne magique ?

 

Live A/V de Julien Appert ÉPIDERME ▲ 1er au 4 juillet 2019

ÉPIDERME : performance audio-visuel

Live A/V de Julien Appert

► Résidence du 1er au 4 juillet 2019 du Creillois Julien Appert.

► Restitution le 18 janvier 2020 pour la clôture du festival #Rêveries.

Nous avons accueilli Julien Appert, vidéaste creillois en juillet pour un travail sur sa performance audiovisuelle. Il a travaillé le son avec Olivier Vasseur et la captation d’images pour la diffusion avec CDF Records.

Dans Epiderme, Julien Appert, propose de voyager dans ses différents décors étranges. Il nous invite à une contemplation rapprochée du corps de plusieurs personnes qui seront à tour de rôle : déserts, montages, océans… Que ce soit avec sa guitare doucement saturée ou en collaboration avec des musiciens issue d’un univers ou le « Noise » et « Rock » font bon ménage, les ambiances sonores et thèmes de chaque bloc narratif font parties de ces mêmes paysages.

Assis en devant de scène à la manière d’un « one man band » et accompagné par son instrumentarium vidéo, Julien Appert fait face au public. Il manipule les images et joue de la guitare directement en face d’eux.

Ce spectacle a été programmé également à Thourotte et la GAM.

 

Ciné-concert jeune public de Pierre-Yves Prothais et Matthieu Letournel ÉMOI & MOI ▲ 30 septembre au 3 octobre 2019

ÉMOI & MOI

Ciné-concert jeune public de Pierre-Yves Prothais et Matthieu Letournel – Dès 4 ans

► Résidence du 30 septembre au 3 octobre 2019 de Pierre-Yves Prothais et Matthieu Letournel.

► Restitution le 4 octobre 2019 puis spectacle complet le 8 et 9 juin 2021.

Depuis Le vilain petit canard, merveilleuse histoire d’Hans Christian Andersen sur le thème de la différence, de nombreux récits ont fait couler les plumes sur le sujet. Pour l’enfant, être, grandir, devenir, est un parcours parfois fastidieux où le regard des autres peut venir troubler l’image de soi. Mais, être différent, n’est-ce pas au contraire une force ?

Chacun des six courts métrages au programme de ce ciné-concert aborde le thème de la différence sous un angle singulier et avec poésie et/ou humour.
Et à chaque film correspond une ambiance musicale : mini orchestre symphonique pour Le petit bonhomme de poche, reggae pour gallinacés pour La poule, l’éléphant le serpent, électro jazz et xylophone afro celtique pour Some thing, ambiance piano bar des années 30 pour Zebra…
Le piano d’une main, le souba ou la trompette de l’autre, Matthieu Letournel souligne délicatement les émotions et les actions de ses ritournelles et mélodies cuivrées. Au beau milieu d’étonnants objets suspendus, Pierre-Yves Prothais navigue sans cesse entre jeux rythmiques, ambiances sonores ludiques et imitations animales pour un jeu de synchronisation avec les images impressionnant.
Le final est interactif : transporté par une musique ska pop minimaliste, le public est invité à participer ; ça chante, ça bêle, ça caquette, ça aboie en chœur. »

 

Ciné-concert Emoi & moi

Ciné-concert jeune public et familial par Pierre-Yves Prothais et Matthieu Letournel.

Posted by Label Caravan / Ciné-concerts jeune public on Monday, 2 December 2019

Performance audiovisuelle et lecture de Malo Lacroix, Maxime Aumon, In Aeternam Vale et Rocio Berenguer Roldan CELUI QUI VOULAIT CROIRE AU BISON ▲ 22 au 26 juin 2020

CELUI QUI VOULAIT CROIRE AU BISON

Performance audiovisuelle et lecture de Malo Lacroix, Maxime Aumon, In Aeternam Vale et Rocio Berenguer Roldan.

► Résidence du 22 au juin 2020 de Malo Lacroix et Maxime Aumon.

La résidence de création à l’Asca Beauvais leur a permit de planter un premier décor et de jeter les base d’une nouvelle forme de récit.

Fruit d’une aventure humaine aux multiple rencontres et d’une réflexion artistique autour des croyances, du mythe et de la révolution., «Celui qui voulait croire au Bison» est un projet qui met en scène et raconte sous forme poétique une audacieuse échappée aux portes de l’Europe. Avec l’aide d’une construction en forme de totem, Maxime Aumon explore la frontière Ukrainienne et confronte son regard dans un territoire en proie aux changements.

«C’est en progressant toujours un plus vers l’Est que j’ai découvert ma nouvelle lubie : la Biélorussie. Les rares informations qui émanaient de ce pays étaient presque toujours négatives; et l’évocation d’une dictature au coeur de l’Europe ne pouvait qu’attiser mes désirs d’aventure. Comme je n’entendais rien à la chose politique et n’avait dans ce domaine ni conviction, ni ambition, je décidais d’aborder ce pays comme on ouvre un album de Tintin. D’ailleurs le dictateur Loukachenko arborait une moustache à la Dupont et Dupond et possédait l’autorité incontestable d’un colonel Sponsz. C’est ainsi que je fomentai ma propre conspiration d’ordre ésotérique, comme un espion syldave complotant contre le pouvoir de Bordurie.»